Comme vous le savez certainement, le Canada a déposé sa candidature pour obtenir un siège au Conseil de sécurité, la plus haute instance décisionnelle des Nations unies, pour la période 2021-2022. Il a, depuis plusieurs mois (bien que de façon ralentie en raison de la pandémie de Covid-19), intensifié sa campagne. Les États membres devront choisir entre les candidatures du Canada, de l’Irlande et de la Norvège pour les deux postes non permanents au groupe des États d’Europe occidentale et autres États qui seront accordés, par vote à la majorité des deux tiers de l’Assemblée générale, en juin 2020.

Nous pensons que le Canada ne remplit pas les critères nécessaires pour l’obtention de ce poste. En effet, il présente un bilan déplorable lors de ses innombrables votes, à l’ONU, contre les droits du peuple palestinien, dans la plus pure tradition du gouvernement Harper, de triste mémoire. Le gouvernement Trudeau vient d’ailleurs de s’opposer aux démarches de la Cour pénale internationale en vue de poursuivre une enquête sur d’éventuels crimes de guerre en Israël-Palestine. Faut-il s’en étonner? Son ancienne ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, n’avait-elle pas déclaré que l’obtention par le Canada d’un siège au Conseil de sécurité constituerait un « atout pour Israël »? Et pour les Palestiniennes et les Palestiniens? Rien…

Nous pourrions ajouter que le Canada n’a cessé de s’aligner sur les positions inacceptables des États-Unis de Donald Trump et sur leur mépris manifeste du droit international (transfert de l’ambassade des États-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem, « accord du siècle » de Trump/Nétanyahou, qui transformerait l’occupation temporaire en occupation permanente, etc.)

The world is against the occupation
  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • Yahoo Mail
  • reddit
  • Blogger

En 2018, seuls six États ont voté contre la résolution 73/98 de l’Assemblée générale des Nations unies exigeant « l’arrêt immédiat et complet de toutes les activités de peuplement israéliennes dans l’ensemble du Territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, et le Golan syrien occupé ». Ces six États sont : le Canada, Israël, les États-Unis, et trois petites nations insulaires du Pacifique.

L’organisme Just Peace Advocates a entrepris différentes actions visant à infléchir la politique du gouvernement libéral canadien aux Nations unies afin qu’elle se conforme, pour ce qui a trait au peuple palestinien, aux valeurs, mises en avant par le premier ministre Justin Trudeau, de protection des plus vulnérables. À la veille de votes de l’ONU sur la question de la Palestine en novembre 2018, à l’occasion de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien, JPA a notamment adressé une lettre au premier ministre et à la ministre des Affaires étrangères, apparemment en vain. En effet, lors de chacun de ces votes, le Canada a répondu « non » aux résolutions en faveur du peuple palestinien, en particulier à celles qui s’opposaient à l’entreprise de colonisation israélienne. Ce n’est que tout récemment, en décembre 2019, peut-être dans une tentative de redorer son blason vis-à-vis de la communauté internationale et d’obtenir le siège tant désiré, que le Canada a fait une ou deux exceptions, et a voté en faveur de l’autodétermination du peuple palestinien, déviant de sa ligne traditionnelle favorable à Israël et conforme aux souhaits des États-Unis.

Just Peace Advocates a ainsi décidé, en dernier recours, d’inviter directement les ambassadeurs et les ambassadrices des pays membres à voter plutôt pour la Norvège ou pour l’Irlande, qui ont de meilleurs antécédents que le Canada en matière de protection des droits du peuple palestinien, pour le siège convoité au Conseil de sécurité des Nations unies.

Le comité de coordination de la Coalition BDS-Québec a pris la décision d’appuyer cette action et invite tous les membres de la coalition, ainsi que, plus généralement, tous les sympathisants et toutes les sympathisantes de la cause palestinienne à l’appuyer également.

Pour manifester votre soutien, il vous suffit de nous écrire à l’adresse courriel «  ». Nous nous chargerons d’en informer les organisateurs de cette initiative au sein de Just Peace Advocates.

Merci de préciser si vous représentez une organisation ou si vous exprimez votre accord à titre de personne physique. Dans ce dernier cas, il est important de signaler, dans votre courriel, si vous souhaitez adjoindre une mention quelconque à votre nom. En effet, la liste des signataires de la lettre aux ambassadeurs et ambassadrices de l’ONU sera rendue publique.

Share This